La Vie d'Un Pantin

11 juillet 2013

Aller - Retour - Post 7

Il y a de ces histoires qui touchent, au plus profond. Ces sentiments incontrôlables que l'autre prend un malin plaisir à contrôler. 
Il y a de ces douleurs, qui nous blessent, et qu'il nous faut combattre. Mais bien avant tout ça, il y a l'espérance, on croit tout réalisable, sans se soucier de ce futur si proche. Un bref "Aller-Retour"

 

C'est un voyage parallèle dans un monde étranger
Un voyage beaucoup trop court et pourtant désiré
48 heures dans une vie ce n'est pas grand chose
Mais les partager avec elle revêt plus de l'osmose

J'ai trop pensé, beaucoup trop galéré
De par elle dans la vie je me suis retrouvé
Il faut profiter de chaque instant que la vie nous offre
Ma philosophie est la sienne, en plus d'un département limitrophe

Durant ces millions de secondes, j'ai pu me poser les bonnes questions
Et me dire que chaque jour est une unique addition
Addition de bonheur que souvent on oublie de voir
Durant ces absences on perd le sens de notre propre histoire

Dans ses yeux j'ai pu voir, ce que je n'apercevais pas avant
Une joie de vivre débordante que je transmets dorénavant
Elle est de ces personnes qui changent la face d'un univers
Elle est de ces sourires qui nous soulève de Terre

C'est un aller que je partage, avec la voix d'un ange
C'est un aller qui se termine, et que de suite je range
Voilà un retour qui se profile, qu'est-ce que demain dira ?
Voilà un retour où je peux crier "Hallelujah"

C'est un retour à la réalité, à une vie presque normale
Qui ne l'est plus depuis qu'elle a dispersé le mal
Un mal puissant, qui a pour nom le doute
Me voilà parti pour tracer ma propre route

Un jour je serais une star, je le promets, j'en suis certain
Je ferais valoir mes mots à partir du simple dessin
Que j'ai pu faire de cette ombre qu'est l'avenir
Tu m'as donné l'inspiration qui me permet aujourd'hui de le prédire

Je crève d'envie d'avancer, de réaliser des tas de projets
Un aller dans tes bras m'a convaincu que ma vie je dois maintenant la diriger
J'espère te revoir, pour que tu donnes un autre souffle à cette vie parfois piégée
Je ne prends pas la tête, mais sur le retour je t'aurai dans mes pensées

C'est un aller que j'ai partagé, avec la voix d'un ange
C'est un aller qui s'est terminé, et que de suite je dérange
Voilà un retour qui se profile, qu'est-ce que demain dira ?
Voilà un retour où grâce à toi je peux crier "Hallelujah"

Mon voyage se termine dans le coin d'une gare
Je prends un billet pour un retour avec "Au revoir"
Merci de m'avoir reçu, maintenant c'est le changement qui m'habille
Et je l'ai partagé avec la plus belle des filles..

                                                                                                   Un Pantin.

Posté par AlexBoulevard à 18:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 juillet 2013

T'inquiètes pas ça gère - Post 6

Le texte qui suit parle de l'application "Path", sorte de Facebook du pauvre où l'on peut partager photos et commentaires. Le but est de placer le plus de Path possible dans un texte. Enjoy ! :)

Mardi soir, et les minutes qui passent
Je télécharge une appli alors que minuit passe
Elle s'appelle Path, et sera mon passe temps
Passe "Path" à ton voisin et même aux passants

Sois certain que comme Facebook, jamais elle ne trépasse
Path passe partout et les peines dépasse
Mieux vaut me croire, elle n'est pas passagère
C'est un tour de passe passe et t'inquiète pas ça gère

On y publie des photos, avec quelques "DédiPath"
Il n'y a pas à payer, oui range ta carte pass
Ca appartient au présent, et pas au passé
Au passage c'est un bon moment à passer

Passe sur "Path", mais pas si vite
Passe, ça passe, cette passion inédite
Passe rapide, passe éclair
Passe à vide, c'est pas si clair
C'est un tour de passe passe et t'inquiète pas ça gère

Bon je passe à autre chose, et franchis la passerelle
Carapace découverte et pastis pour la belle
La belle passe dans mes rêves, tel un rapace
Une pastille de bonheur dans mon nouvel espace

C'est pas si mal d'avoir cette capacité
A passer outre les douleurs grâce au "Pass Liberté"
Je passe en un instant du pacifique aux terres
Passeport délivré, pastèque mangée, direction les airs

Je passe tel une pastel et surpasse le ciel
Passager passant pas sans rire mais pensant pluriel
Pas besoin d'un mot de passe pour enclencher le dernier vers
C'est un passage obligé et j'ai plus de glandes salivaires !

Posté par AlexBoulevard à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juillet 2013

Délivrance (La vie et l'avis) - Post 5

Très souvent, je m'amuse à jouer avec les mots, à tenter de nouvelles choses, toujours sur ce fond de sentiments. 
En voilà la preuve, avec ce texte intitulé "Délivrance (La vie et l'avis)". Enjoy.

Si je me place dans l'histoire, je ne suis qu'un mec de 20 ans
Plus soucieux du futur qu'il ne l'est du présent
20 ans c'est le bon âge pour faire valoir ses proses
J'écris sans m'arrêter et sans jamais faire de pause

Du coup là je me lance à écrire une énième chanson
Celle d'un mec ordinaire qui aime avec plus ou moins de raison
C'est parti pour un titre que je nommerai "Délivrance"
Où comment faire de mots simples la plus belles de mes chances

Je n'ai rien contre la vie elle-même, mais contre ses obstacles
Ils sont tellement imprévisibles que c'est jamais le même spectacle
On voit des gens qui pleurent, qui sont tellement malheureux
Qu'ils s'enferment dans leur bulle seul, sans jamais être deux

La vie c'est comme l'avis, L - Apostrophe-  A - V - I - S
On peut la voir comme un conseil d'une extrême gentillesse
Où comme un simple nom, qui veut pas dire grand chose
Et oublier que la vie et l'avis c'est bien plus qu'une osmose

Car la vie est féminin, et l'avis masculin
Et que deux êtres opposés s'entendent en général bien
Même si la vie et l'avis forment à eux deux deux noms
Ce ne veut pas forcément dire que la vie est négation

Du coup vous vous demandez pourquoi ce texte se nomme "Délivrance"
Je n'ai qu'une réponse à vous offrir et je pense qu'elle a du sens
Je me suis donné comme objectif de jouer sur les mots
Donc voici l'explication de ce titre qui marche sur l'eau

Délivrance désigne le fait de pouvoir se libérer
De la pression ou d'autres choses, comme l'être aimé
La vie et l'avis étaient follement amoureux
Sauf que l'avis, L - Apostrophe - A - V - I - S
S'est délivré de la vie en oubliant la gentillesse....

                                                                                         Un Pantin.

Posté par AlexBoulevard à 15:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2013

Un simple pion sur la terre - Post 4

Parfois, on a ce sentiment, par manque de confiance, d'être inutile, et de ne plus avoir sa place. C'est ce sentiment que j'ai voulu exprimer dans ce texte, intitulé "Un simple pion sur la terre". Enjoy.

Difficile de se débattre dans ce monde qui a faim
Difficile d'arrêter ces heures sans fin
Persuader d'être un pion au sein de cette Terre
Je me lamente seul et tout le monde s'indiffère

Au lieu de faire en sorte que mon sort s'améliore
Je préfère faire en rien ce qui devrait être en or
Or je précipite la chute de mon propre destin
Vers quel horizon divaguerais-je donc demain ?

La question est compliquée, comme la vie que je mène
Et la réponse tétanisée bien qu'elle se démène
La solution est donc de ne pas se prendre la tête
Et c'est mon cas, mais pour trois vers j'arrête

Du coup sans réfléchir, je balance quelques rimes
C'est un métier à plein temps, pas un simple intérim
La vie aussi vous me direz, elle mérite un salaire
Si on observe les douleurs nationales et étrangères

Allez cette fois je lâche prise, respire un peu d'oxygène
Pour rester à l'écart de doutes peut être remplis de haine
Ca fait du bien de se poser, sur un banc, au soleil
C'est un bonheur ordinaire, que j'adopte quand j'essaye

Ca y est, enfin j'ai compris, le fin mot de cette histoire
Faut tout vivre à chaque jour, et sans cesse garder espoir
J'ai décidé de me battre pour que rêve rime avec réalité
Il a suffit d'un stylo noir, et d'une feuille de papier

                                                                                                       Un Pantin.


Posté par AlexBoulevard à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2013

Passages Obligés - Post 3

Comme on le dit souvent, pour grandir dans la vie, il faut passer par plusieurs étapes.
Des étapes qui sont le plus souvent des "Passages Obligés"

 

Dans la vie il y a toutes sortes d'étapes, et on reste à l'écoute 
Du premier cri à la seconde dizaine, c'est sur que l'on redoute
Les jours qui passent, et la voie que prend notre destinée
Mais ces secondes, malgré tout, sont des passages obligés

Comme une part du monde, j'ai eu 1 an, et cet anniversaire
Où de cette bougie s'allume ta première lumière
Evidemment on ne comprend pas, ce qui se trame
On ne peut comme à 58 , 46 ou 16 ans, essuyer ses larmes

Comme une part du monde, j'ai vu un faux père Noël
Quand mes parents m'ont expliqué, ça a fait des étincelles
Ca restera pour les enfants le plus gros des mensonges
Or mentir n'est pas bien, si des fois ils y songent

Comme une part du monde, j'ai dis mes premiers mots
"Papa, Maman", c'était mon seul crédeau
J'ai vu dans leurs yeux des larmes se blottir
Puis descendre rapidement, ravivant leurs beaux sourires

Dans la vie il y a toutes sortes d'étapes, et on reste à l'écoute
Du premier cri à la seconde dizaine, c'est sur que l'on redoute
Les jours qui passent, et la voie que prend notre destinée
Mais ces minutes, malgré tout, sont des passages obligés

Comme une part du monde, il y a eu le premier baiser
Un instant d'insouciance pas du tout organisé
Quand j'étais jeune, j'en rêvais chaque jour
C'est pas tous les matins qu'on débute une histoire d'amour

Comme une part du monde, j'ai dû apprendre à me servir d'une gomme
A effacer les erreurs, du tout début d'un homme
Rien n'a été plus dur, n'a fait plus de peine
Que de recevoir des notes en deçà de la moyenne

Comme une part du monde j'ai atteint, le troisième cycle scolaire
Cette prison dorée où seul, oui seul, le soleil est solaire
Les profs y étaient sympathiques, et nous formaient débrouillards
Pour connaitre de la vie certains autres de ses regards

Dans la vie il y a toutes sortes d'étapes, et on reste à l'écoute
Du premier cri à la seconde dizaine, c'est sûr que l'on redoute
Les jours qui passent, et la voie que prend notre destinée
Mais ces heures, malgré tout, sont des passages obligés

Comme une part du monde, j'ai eu ma période "imcompri"
Cette colère délicate qui te fait sourire aujourd'hui
Qu'est ce qu'on pouvait être bêtes, à crier comme ça
Pour des choses sans intérêt la plupart des fois

Comme une part du monde, j'ai vu les cours d'une autre façon
Lorsqu'après 4 ans, j'ai dû sortir de la prison
C'était plus compliqué, avec bien moins de rires
Certains y sont rester, moi même une année, je peux vous le dire

Comme une part du monde, j'ai eu des déceptions
Des orages dans un quotidien empli de déraison
Partager était la clé, qui ouvrait toutes les portes
Ele l'est encore, mais désormais, elle est chargée d'une escorte

Dans la vie il y a toutes sortes d'étapes, et on reste à l'écoute
Du premier cri à la seconde dizaine, c'est sûr que l'on redoute
Les jours qui passent, et la voie que prend notre destinée
Mais ces secondes, malgré tout, sont des passages obligés

Comme une part du monde, j'ai passé des examens
Le permis raté trois fois, et le bac à portée de mains
Je l'ai eu, comme beaucoup, mais pas comme d'autres
Je les plains et les soutiens, mon sourire est le vôtre

Comme une part du monde, je suis devenu grand
J'en avais 18 mais aujourd'hui, oui aujourd'hui, j'ai 20 ans
Une vie comme les autres, malgré tout différente
Débutée il y a des années sur les coups de 14h30


Comme une part du monde, je veux vivre mes rêves
Aller au bouts des choses, profiter de chaque trêve
Profiter de demain, et de toutes ses merveilles
Etre soi même tout simplement, jusqu'au coucher du soleil

Dans la vie il y a toutes sortes d'étapes, et on reste à l'écoute
Du premier cri à la seconde dizaine, c'est sûr que l'on redoute
Les jours qui passent, et la voie que prend notre destinée
Mais ces minutes, malgré tout, sont des passages obligés

Dans la vie, il y a passé, présent et futur
Des milliards de routes se croisent, pour une seule aventure
Ce soir c'était vous et moi, et avec ou sans gène
Vous avez étés, comme le monde, ma bouffé d'oxygène...

                                                                                                                   Un Pantin.

Posté par AlexBoulevard à 17:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juillet 2013

Comme une distance - Post 2

Vous savez, il y a des moments où une personne nous manque, peut importe qui c'est. Dans ces moments, on a juste envie de reprendre contact, de retrouver cette personne chère à nos yeux. Et à ce moment là, il y a "Comme une Distance", qu'on voudrait effacer..

Il y a comme une distance, pas prévue sur mon itinéraire
Une absence qu'on ne peut réduire à un simple fait divers
Une pensée profonde, très loin d'être imaginaire
Il y a comme une distance et je ne peux rien y faire

Il y a comme une constance dans le manque d'un être cher
Un devoir de mémoire quotidien qu'on se doit de parfaire
Une leçon à apprendre, sans qu'un loisir nous en diffère
Il y a comme une constance dans le besoin d'y voir plus clair

Il y a comme une évidence quand quelqu'un change ton univers
Un remerciement, un sourire et une envie de bien faire
Un chapitre à écrire, se rendre compte qu'on en est fier
Il y a comme une évidence dans le bonheur qui t'ai offert

Il y a comme une correspondance entre le ciel et la terre
Un échange de pluie ou d'un brin de soleil salutaire
Un coup de vent, de la brume ou des températures caniculaires
Il y a comme une correspondance entre demain et hier

Il y a comme une distance, pas prévue sur mon itinéraire
Il y a comme une constance dans le manque d'un être cher
Il y a comme une évidence quand quelqu'un change ton univers
Il y a comme une correspondance entre les trois derniers vers...

                                                                                                                                                                                          Un Pantin.

Posté par AlexBoulevard à 17:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juillet 2013

Bienvenue chez moi - Post 1

Alors voilà, c'est le premier post sur CanalBlog.. Une nouvelle expérience, j'espère de nouvelles rencontres.

Voilà un texte que j'ai écrit il y a quelques mois maintenant, et qui parle de l'arrivée dans sa vie de quelqu'un qui change un univers, notre univers.

Le texte s'appelle "Bienvenue chez moi". Enjoy.

 

Pas de passage à la douane, tu peux entrer tranquille
Pose ici tes bagages et tes sentiments subtils
Je les mettrai bien au chaud dans un endroit secret
Tout en laissant colères et pleurs sur le quai

Suis moi je t'accompagne dans un univers parallèle
Fait d'artifices et de souvenirs, le plus souvent au pluriel
Le lit où l'on s'assoit est passé par bien des obstacles
Des nuits blanches où le sommeil faisait figure de miracle

Dehors il fait très froid, voilà le jardin des peines
Un endroit où le sourire en devient presque obscène
Je cherche encore ce qu'il faudrait pour le réchauffer
Quid d'un bonheur éternel plus que passager ?

Je t'invite à monter à l'étage, juste en dessous du toit
J'y conserve mes envies futures et celles d'autrefois
C'est un endroit sacré, où j'ai seul le code d'accès
Cinq lettres différentes mot fait de confiance et d'excès

J'ai créé un passage pour me rapprocher du ciel
Des étoiles on aperçoit depuis "L'Allée du réel"
Je l'ai nommé en référence à cette rencontre spontanée
Loin de la recherche virtuelle et des erreurs assimilées

La visite se termine j'espère que l'appartement te plait
Et que la collocation pourra panser tes plaies
Un simple baiser fera figure de contrat
Voilà la clé, je te dis "Bienvenue chez toi et moi"...

 

                                                                                                                        Un Pantin.

Posté par AlexBoulevard à 22:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,